Étiquettes

, ,

…dans cette sélection subjective d’extraits, écrits et visuels, tirés d’un journal tenu avec constance de 1999 à 2007. Ces successions d’images, couleurs et très brefs écrits, entre haïku, poèmes, aphorismes, pensées, analogies, proverbes plus ou moins apocryphes, maximes, jeux de mots, anagrammes entre sens et sons, virelangues, assonances, écriture automatique, inconscient indéchiffrable tout autant qu’évocateur et slogan ou mot d’ordre poétique… !

Entrez dans ce journal avec empathie et respect, le regard et l’intelligence sensibles, les sens en éveil du visiteur attentif, l’écoute intérieure du lecteur à voix haute : c’est le jardin secret, le « chant profond » démons et anges mêlés, les battements « d’ailes du désir », les éclats de rires retenus, les sourires, les sanglots étouffés d’un homme, donc aussi, forcément, d’une part de nous-mêmes. Il nous tend la main, ne la refusons pas… entrez-y en hôte bienveillant, l’hospitalité est si rare.

Paru le 3 janvier 2008

Disponible, Broché 15,00 EUR

1 vol. (83 p.) ; 24 x 16 cm

Biographie de l’auteur

Né en 1935, Balbino Giner est peintre. Depuis 1999, il a retrouvé sa « mère » Méditerranée , il a vécu et travaillé à Collioure jusqu’à sa disparition en mai 2012.

Après une enfance à Perpignan où sa famille s’installa en 1939, Balbino Giner était entré à l’école des Beaux-Arts de Montpellier, puis à celle de Paris où il obtenait son diplôme en 1961.
Tout en étant professeur à Toulouse, il n’avait jamais cessé de créer. Sa première exposition personnelle, de facture réaliste, avait eu lieu en 1956 à la salle Arago de Perpignan, sous le nom de Gino Giner qu’il conserva jusqu’à la mort de son père en 1976.
Profondément marqué par les événements et les utopies de mai 1968, Balbino Giner refusa toute exposition personnelle à partir de 1970. Il se consacra alors aux travaux collectifs, aux interventions de groupes, aux énergies plurielles, aux manifestations plastiques, aux performances. Eternel rebelle, révolté, en lutte avec la figure du père, amoureux de ses origines catalanes et des femmes, passionné de littérature et de réflexions psychanalytiques, Balbino Giner était revenu à la peinture dans les années 80.
En 1999, le Centre d’art contemporain de Saint-Cyprien, puis la galerie Thérèse Roussel l’accueillaient. En 2002, Roger Castang devenait son galeriste et son marchand. En 2005, la ville de Perpignan lui consacrait une grande rétrospective au Palais des Congrès.
Balbino Giner laisse une œuvre dissidente, en prise directe avec l’avant-garde dont les dernières productions sont luminescentes, graphiques et gorgées de sensualité érotique.
Peu avant sa disparition, il avait été invité à la Biennale internationale de Florence.

Distributeur Soleils   diffusion-distribution
ISBN 978-2-915528-12-1
EAN 9782915528121
Public Tout   public
Thème Peinture   et Arts graphiques / Peinture / Histoire de la peinture selon les styles et   les périodes
Publicités