Mots-clefs

, , , ,

Maire de Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales), Jacques Bouille est mis en examen en décembre 2008 pour corruption et détournement de biens publics. Incarcéré à la prison de Perpignan, il se donne la mort en mai 2009 dans sa cellule. Sa veuve raconte l’histoire de cette affaire, proposant des arguments pour éclairer tous les éléments de ce drame.

Paru le 17 mai 2011

Disponible, Broché 15,00 EUR

1 vol. (158 p.) ; 21 x 13 cm

Mort pour rien ?

L’affaire Jacques Bouille

Interpellé le 17 décembre 2008, mis en examen pour corruption, détournement de biens publics, blanchiment, etc., le docteur Jacques Bouille, maire de Saint-Cyprien, Conseiller Général, a été, à l’issue de sa garde à vue, placé en détention provisoire à la Maison d’Arrêt de Perpignan.

Il s’y est donné la mort par pendaison dans la nuit du 23 au 24 mai 2009.

Coupable ou non coupable des faits qui lui étaient reprochés ? Qui peut le dire ? Seul Jacques Bouille détenait l’absolue vérité et il est malheureusement évident qu’il ne la révélera plus.

Cet ouvrage se contente de livrer les faits, jour après jour, semaine après semaine, et raconte le combat de ses avocats, la souffrance de sa famille.

Il a été écrit par sa veuve, elle aussi mise en examen pour « complicité ».

Cette dernière a vécu de l’intérieur l’épreuve de la garde à vue et de la mise sous contrôle judiciaire, c’est pourtant avec calme et dignité qu’elle relate toute l’histoire. De nombreux arguments viennent étayer la thèse de l’innocence de son mari, mais chacun se fera sa propre opinion.

Car le but de ce récit n’est pas d’innocenter l’élu, mais de jeter sur « l’Affaire Jacques Bouille » un autre regard.

Le port de Saint Cyprien

Distributeur Soleils   diffusion-distribution

 

 

ISBN 978-2-915528-28-2

 

EAN 9782915528282

 

Public Tout   public

 

Thème Droit   et justice / Criminalité / Délits et crimes

 

Genre Documents,   essais / Témoignages

 

 

Publicités