Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , ,

Le sujet:

Ce livre raconte comment Perpignan est devenue la capitale des nostalgiques de l’Algérie française (les nostalgériques) : 2003, stèle OAS ; 2007, mur des Français d’Algérie disparus ; 2012, « centre de documentation des Français d’Algérie ». Rien de cela n’aurait été possible sans le soutien partisan de la mairie de Perpignan au lobby pied-noir du Cercle Algérianiste. Roger Hillel s’est lui-même impliqué pendant dix ans dans un collectif qui s’est battu en vain contre cette triade incongrue et la falsification de l’histoire franco-algérienne.

Au-delà de la narration des péripéties de ce combat, l’auteur s’attarde sur une des plus stimulantes expériences de sa longue vie militante : la découverte de l’existence de pieds-noirs progressistes. Ainsi, reconnaît-il que sans eux, il n’aurait jamais pris conscience du traumatisme subi par les pieds-noirs du fait de leur exode de 1962. Il montre aussi comment au cours de son long cheminement, il a acquis la certitude de l’inanité de « la guerre des mémoires » et que pour y échapper, le recours aux travaux des historiens qualifiés était un passage obligé.

L’auteur:

Roger Hillel, ancien professeur d’université, est depuis plusieurs années journaliste au Travailleur Catalan. Il s’y est spécialisé dans le traitement des questions relevant du colonialisme passé et présent et de toutes les manifestations de racisme et de xénophobie. Depuis 2005, il est l’un des animateurs du collectif d’organisations d’abord dénommé “ Non au musée de la mairie de Perpignan à la gloire de la colonisation ” , puis  “ Pour une histoire franco-algérienne non falsifiée ”. 

Les références:

224 p  format 13 x 21

18 TTC

N° ISBN  978-2-915528-50-3

Publicités